Monique Bécheras,


est décédée le lundi 22 février 2016 à l’âge de 83 ans.


Née à Limoges, Monique débute l’orgue dans sa ville natale. Infirmière diplômée d’état, elle s’installe à Poitiers avec son mari, Paul Bécheras, dont elle a eu cinq enfants. Il crée le laboratoire de biologie du centre hospitalier de Poitiers et décède prématurément en 1980. Elle poursuit sa formation d’organiste avec Jean Albert Villard et parachève sa formation auprès de Jean Langlais à la Schola Cantorum de Paris où elle obtient son prix de virtuosité. Après s’être perfectionnée auprès de Gaston Litaize, elle travaille 3 ans de suite à l’académie d’orgue internationale de Haarlem avec A. Heiller et L. F. Tagliavini et rencontre M. C. Alain et G. Leonhardt.


Organiste à Poitiers, elle est titulaire de l’orgue de Saint Hilaire, puis de l’Eglise Réformée avant d’être nommée à Notre-Dame la Grande, poste qu’elle occupera pendant 35 ans.


En 1972, dès son arrivée à Notre-Dame, la musicienne se soucie de faire remplacer l’orgue existant. Après un premier projet d’orgue en 1975 avec R. Von Beckerath, refusé par la ville de Poitiers, elle reprend son combat et crée « l’Association des amis des orgues Notre-Dame la Grande » encouragée par le Père Robert Morin, curé de la paroisse et Dominique Ferran, co-titulaire depuis cette date.


Soutenue par les directeurs du conservatoire, Jean marc Laureau puis Éric Sprogis, c’est grâce à sa détermination sans faille que le marché est signé enfin avec Yves Sévère, facteur d’orgues au Mans en 1989 : Il faudra attendre la fin de la restauration de la façade de l’église pour que le nouvel instrument déjà monté en atelier soit installé puis inauguré en 1996 : « 20 ans pour construire un orgue » !


C’est à Monique Bécheras que l’on doit la création des « concerts du marché » inspirés par ses séjours en Hollande. Monique quittera la tribune fin 2007, diminuée par perte progressive de la vue et blessée par la perte de son fils ainé.


On lui doit d’être parvenu aux « 20 ans de l’orgue de Notre-Dame », aux bientôt 200 « Concerts du marché », aux stages avec Marie Claire Alain et Ewald Koimann, puis Thierry Semenoux et Alain Léon pour la facture d’orgue ainsi qu’aux multiples activités organisées autour de l’instrument.


Elle aura témoigné d’une force et d’une conviction indéfectible et d’un amour profond de la musique. Personnalité forte et haute en couleurs, empreinte d’un jugement clairvoyant, caractérisée par une franchise extraordinaire et un humour à toute épreuve, esprit d’une vaste culture, Monique était une personnalité extrêmement attachante et accueillante : une personne rare. 


Ses obsèques ont eu lieu le vendredi 26 février à Notre-Dame la Grande, entourée de ses enfants et petits-enfants et de nombreux amis.

Elle nous quitte au seuil de la 20e saison et des 20 ans de l’orgue de Notre-Dame la Grande.


Les Amis des Orgues de Notre-Dame et de Montierneuf (Poitiers)
instrumens1
mon Accueil
Page 16

photos